vendredi 27 mars 2015

Conseil de sécurité réduit le nombre de troupes de l'ONU(casque Bleue) DE 20.000 A 2000 personels REDUCTION DE 99%


Image result for monusco soldat
le Rebel M23 passe le point de control ineffectif
 de l'ONU pour aller envahir a Goma en 2012
- Le Conseil de sécurité a adopté aujourd'hui une résolution renouvelant pour 12 mois le mandat de la mission de maintien de la paix des Nations Unies en République démocratique du Congo (RDC), et en approuvant les recommandations formulées dans le rapport du Secrétaire général sur l'examen stratégique de la mission.


Conseil de sécurité renouvelle sa mission au Congo et  réduit le nombre de troupes en 2000 Soldats

Parmi les recommandations contenues dans l'examen stratégique de la Mission des Nations Unies Organisation de stabilisation dans le pays (MONUSCO), le Conseil a approuvé étaient ceux sur la transformation de la force de devenir plus efficace et plus efficace dans l'exécution de son mandat et le Conseil pleinement les a approuvés.

Il a également approuvé la recommandation de réduire la force de la MONUSCO par 2000 soldats, tout en maintenant un plafond autorisé de troupes. L'intention était de faire de la réduction des troupes, mais permanente "progrès significatifs" sur les priorités du mandat de la force serait d'abord nécessaire, la résolution dit.

En ce qui concerne les reconfigurations futures de la MONUSCO et de son mandat, le Conseil a décidé que des consultations devraient avoir lieu entre le gouvernement de la RDC sur la base de la situation sur le terrain et les progrès sur la réduction de la menace posée par les groupes armés congolais et étrangers et la stabilisation à travers la mise en place des institutions étatiques fonctionnelles, professionnelles et responsables.

La résolution autorise la MONUSCO de prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la protection effective des civils sous la menace de la violence physique et du personnel de l'ONU, et de travailler avec le gouvernement sur l'identification des menaces pour les civils et mettre en œuvre des plans de prévention et d'intervention existants. Il est également autorisé à arrêter et traduire en justice les responsables présumés de génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité et de violations du droit international humanitaire et des violations ou des violations des droits humains dans le pays.

Selon les termes de la résolution, la Mission est également autorisé à effectuer des opérations offensives ciblées par la Brigade d'intervention en collaboration avec l'ensemble de la MONUSCO, soit unilatéralement ou conjointement avec les FARDC, et est chargé de surveiller la mise en œuvre de l'embargo sur les armes.

Le texte demande la MONUSCO de tenir pleinement compte des considérations de genre et la protection des enfants que des questions transversales au long de son mandat et pour aider le gouvernement à faire de même, et il encourage la Mission à renforcer son interaction avec la population civile à mieux connaître et comprendre son mandat et ses activités.

La mission est également autorisée à apporter un soutien au gouvernement sur la lutte contre les groupes armés, sur la mise en œuvre de la version révisée de la Stratégie d'appui de stabilisation et de la sécurité internationale et provinciale plans de stabilisation, et sur le désarmement, la démobilisation et la réinsertion, et de désarmement, démobilisation, rapatriement, réinstallation et réintégration procédés. Il est également autorisé à soutenir la promotion des droits de l'homme et la lutte contre l'impunité, et à soutenir le plan d'action pour prévenir et faire cesser le recrutement et l'utilisation d'enfants par les FARDC.

Réaffirmant l'importance de la mise en œuvre du Cadre de Paix et Sécurité de la coopération (CFP) à la réalisation de la stabilité à long terme de l'est de la RDC et de la région, la résolution demande instamment la mise en œuvre rapide des engagements, demandant au gouvernement de la RDC de faire des progrès plus significatif sur ses engagements au titre le Cadre.

Elle autorise également la mission de soutenir les autorités congolaises et de leurs efforts pour livrer les réformes préconisées par le Cadre de la CFP et la stabilisation dans l'est de la RDC sur la promotion de consolidation de la paix et le dialogue politique, le suivi, le reporting et le suivi sur les violations des droits de l'homme, et en soutenant la sécurité secteur efforts de réforme.

La résolution a noté avec une profonde préoccupation l'absence de progrès dans des domaines essentiels pour la stabilisation de la RDC et a réitéré son appel au gouvernement de la RDC à prendre des mesures immédiates pour faire respecter son engagement à la réforme du secteur de la sécurité.

Le texte appelle le gouvernement de la RDC et ses partenaires nationaux pour garantir un processus électoral transparent et crédible, accueillant promulgation de la loi électorale et la publication d'un calendrier électoral global, et appelant le gouvernement de la RDC de mettre en place rapidement un budget électoral adéquat et d'un code de conduite électoral, et procéder à une mise à jour crédible du registre électoral, afin d'assurer la tenue réussie et en temps opportun des élections.

Condamnant fermement tous les groupes armés opérant dans la région, la résolution exige que les FDLR, l'ADF, la LRA, et tous les autres groupes armés cessent immédiatement toutes formes de violence et d'autres activités de déstabilisation, y compris l'exploitation des ressources naturelles, et que leurs membres démanteler immédiatement et définitivement, déposer les armes et de libérer les enfants de leurs rangs.

Il continue, en exigeant que le gouvernement de la RDC se acquitte de ses engagements en vertu des déclarations de Nairobi, à mettre en œuvre son plan de DDR, en mettant l'accent sur la réinsertion des ex-combattants, en coordination avec l'Organisation des Nations Unies, les organisations internationales et les pays voisins où les anciens combattants M23 ont trouvé refuge.

Tout en exigeant une pleine coopération avec la MONUSCO en RDC, la résolution souligne que la sortie de la MONUSCO devrait être graduelle et progressive, et devrait être liée à des objectifs précis pour être développé conjointement par le gouvernement de la RDC et la MONUSCO. Il a encouragé le dialogue stratégique régulier avec l'ONU et a souligné la nécessité d'une stratégie de sortie claire pour la Brigade d'intervention.

Nzubetv.net