vendredi 27 mars 2015

Pas de reduction de troupes de l'ONU au Congo tant que des progrès contre les rebelles rwandais



Tourisme de Soldat de l'ONU au Congo Ex Zaire
Mission echec Total 8 million de Mort
(Reuters) - Le Conseil de sécurité des Nations Unies le jeudi refusé de réduire le nombre de soldats de la paix en République démocratique du Congo jusqu'à ce que des progrès sont réalisés dans une offensive contre les rebelles rwandais dans l'est, le gouvernement snober du pays appelle à une diminution
.

Pas de coupure de troupes de l'ONU au Congo tant que des progrès contre les rebelles rwandais

Une armée congolaise mois-longue (FARDC) campagne contre les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) rebelles a atteint petits et ravivé des doutes sur la volonté et la capacité du Congo à vaincre un groupe au cœur de deux décennies de conflit en Afrique de région des Grands Lacs.

Nations Unies maintien de la paix et les FARDC avaient prévu conjointement une campagne militaire à prendre sur les FDLR, qui comprend d'anciens soldats et miliciens hutus responsables du génocide de 1994 au Rwanda, après avoir échoué à respecter un délai Janvier à désarmer.

Mais la mission de l'ONU (MONUSCO) a retiré son appui prévu pour les opérations anti-FDLR, qui aurait à distance de la nourriture et le transport vers les drones de surveillance et des hélicoptères d'attaque, après Congo nommé deux généraux à la tête de l'offensive qui sont tous deux accusés de violations des droits de l'homme.

Image result for monuscoDans une résolution adoptée à l'unanimité le jeudi, le Conseil de sécurité de 15 membres a prorogé le mandat de la force de maintien de la paix de l'ONU pour un an et a déclaré: «la neutralisation rapide des FDLR est une priorité absolue à la stabilité de et la protection des civils de la RDC."

Le gouvernement congolais avait voulu la force de quelques 22 000 soldats et policiers de l'ONU d'être de plus de moitié, mais un examen stratégique de l'organisme mondial rejeté que peu pratique et plutôt recommandé une diminution de près de 10 pour cent.

La résolution du Conseil de sécurité a approuvé la coupe suggérée de 2 000 troupes, mais a refusé de tenir compte de manière permanente le changement dans la force obligatoire de la force de maintien de la paix.

Le Conseil a exprimé "son intention de faire de cette réduction des troupes permanente, à travers un plafond des effectifs révisé ... une fois des progrès significatifs ont été réalisés en ce qui concerne les priorités du mandat de la MONUSCO, y compris la lutte contre les FDLR."

Il a souligné «la nécessité de réaliser des opérations conformément au droit international ... et encourage vivement la coopération entre le Gouvernement de la RDC et la MONUSCO sur ces opérations, conformément à son mandat de se assurer que tous les efforts possibles sont déployés pour neutraliser les FDLR ».

Martin Kobler, chef de la mission des Nations Unies au Congo, a déclaré la semaine dernière que les opérations militaires avec le soutien des Nations Unies pourraient aider à neutraliser les rebelles FDLR beaucoup plus rapide.

Il a admis que les Casques bleus de l'ONU avaient déjà travaillé avec les deux généraux accusés de violations, mais a refusé de les soutenir dans les opérations anti-FDLR parce que les autorités congolaises ont omis d'enquêter sur les allégations.

En vertu de la politique des droits de diligence raisonnable des Nations Unies, l'organisme mondial doit se assurer son soutien à la non-ONU les forces de sécurité ne contribuent pas à des violations graves des droits humains.

(Reportage par Michelle Nichols, édité par James Dalgleish)

Une Edition de Prince Kateta Boybanda
Nzube.com