dimanche 12 novembre 2017

Le ministre britannique de l'Afrique déclare que la cible de vote de la RD Congo est «réalisable»

Le ministre d'Etat britannique chargé de l'Afrique, Rory Stewart, a rencontré vendredi les autorités congolaises et a déclaré que les plans visant à organiser des élections différées à la fin de l'année prochaine étaient "réalisables".
Image result for Rory Stewart
Le ministre d'Etat britannique chargé de l'Afrique, Rory Stewart
La RDC a connu des mois de troubles et de violences à cause du vote, qui a été retardé par le refus du président Joseph Kabila de démissionner à l'expiration de son second et dernier mandat en décembre dernier.

Dans le cadre d'un compromis, le vote devait avoir lieu cette année, mais il a été repoussé jusqu'en décembre 2018.


"Je réalise que le processus électoral est lourd de défis mais c'est en même temps un processus qui n'est pas impossible à mener. Nous pensons que cela est réalisable ", a déclaré Stewart, cité par la commission électorale nationale du Congo.
Image result for Rory Stewart
Stewart a rencontré Kabila plus tôt dans la journée - le premier ministre occidental à le faire après que les Congolais aient annoncé que les élections se tiendraient le 23 décembre l'année prochaine.

Dans un communiqué publié lundi à l'appui du calendrier de décembre 2018, le Département d'Etat américain a déclaré que la RDC avait "franchi un pas important vers la réalisation de son premier transfert de pouvoir pacifique et démocratique". L'UE a également emboîté le pas.

Mais Washington a également noté "l'importance" pour Kabila de respecter la constitution et les engagements pris dans le cadre d'un accord de compromis l'année dernière de démissionner après les élections.

Agé de 46 ans, il est président depuis 2001 après avoir succédé à son père assassiné, Laurent.
Image result for Britain’s minister of state for Africa Rory Stewart met DR Congo
J Kabila
Les procureurs congolais ont quant à eux demandé une peine d'emprisonnement de trois ans pour le militant des droits Timothée Mbuya, accusé d'avoir organisé une "marche anarchique" dans la deuxième plus grande ville du pays, Lubumbashi, et incité à la "désobéissance civile".

Mbuya a été arrêté le 31 juillet au cours de la marche, appelant le gouvernement à annoncer rapidement la nouvelle date des élections

Nzube.net